Les Chevaliers d'Émeraude, 400 ans plus tard...
Bienvenue sur ce tout nouveau forum basé sur l'univers des Chevaliers d'Émeraude !

400 ans après la défaite de l'Empreur Noir...
Le Prince Noir, fils du très regretté Amercareth, était en mission diplomatique auprès de colonies de créatures plus abominables les unes que les autres lorsque la destruction de la pouponnière a eu lieu. Il est maintenant plus furieux que jamais et a déjà effectué un rap sur le Royaume de Zénor, assassinant sans pitié tous les pauvres habitants de ce royaume côtier. Le roi d'Émeraude décide alors de reformer l'ordre des Chevaliers d'Émeraude afin d'empêcher ces abominables insectes d'exterminer la race humaine.
Quel parti prendrez-vous ? Êtes-vous pour la vengeance du Prince Noir ou pour la protection d'Enkidiev par les humains ? Le destin VOUS appartient et VOUS déciderez du camps gagnant ! Alors, êtes-vous prêts à faire pencher la balance ?


Vous êtes intéressé à faire partie de notre communauté ? Consulter le [url=http://chevaliersdemeraude.actifforum.com/t10-guide-du-nouveau-joueur] Guide du nouveau joueur] afin de vous informer un peu plus sur notre forum. En espérant vous comptez très bientôt dans notre communauté !

Esméralda, admin-fondatrice


Venez vivre une expérience inoubliable dans l'univers des chevaliers d'Émeraude !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Esméralda de Béryl (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Esméralda
Admin-Fondatrice et Chef des Chevaliers d'Émeraude
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 07/08/2011
Age : 22
Localisation : Supervise le recrutement au château
Rôle : Chef des Chevaliers d'Émeraude

Informations du personnage
Âge : 23 ans
Rôle : Chef des Chevaliers d'Émeraude, Princesse de Béryl
Liens avec les autres personnages :

MessageSujet: Esméralda de Béryl (Terminé)    Sam 28 Jan - 23:53

Conçernant votre personnage:

Nom du personnage: Esméralda
Âge: 23 ans
Rôle: Chef des Chevaliers d'Émeraude, Princesse de Béryl
Royaume natal ou contrée natale: Née au Royaume de Jade, mais a vécu son enfance au Royaume de Béryl.
Race: Mi-pardusse, mi-humaine
Caractéristiques physiques:

Esméralda possède de longs cheveux noirs, habituellement attachés de manière à ne pas nuire à ses mouvements lors de ses entraînements ou des combats. Elle a les yeux bleus de sa mère béryloise et la taille féline propre aux pardusses. Étonnamment, aucun poil ne pousse sur sa peau de pêche comme il est habituel de le voir sur les membres de l'espèce de son père. La seule forme de pilosité qu'elle rencontre réside en ses cheveux, qui se plaisent à pousser à une vitesse effarante. Elle possède aussi un petit nez aquilin et des lèvres minces qui ne sourient presque jamais. Un peu plus grande que la moyenne, elle en impose par sa taille et peut réussir à faire trembler de peur un villageois seulement en lui lançant un des regards froids de son cru. C'est sans doute une des raisons qui l'ont amenée à devenir la chef des chevaliers d'Émeraude. Lorsqu'elle ne porte pas son armure de l'Ordre, elle préfère revêtir des vêtements plutôt confortables, tout en étant flexible pour lui permettre de bouger aisément. Il est très rare de la voir rire et c'est surtout un regard dur et un visage dépourvu d'émotions que rencontrent habituellement ses soldats. Sur le côté droit, attachée à sa ceinture, repose toujours, dans son fourreau, une épée bien affilée, prête à être utilisé à tout moment.

Caractéristiques psychologiques:

Esméralda est très loin d'être une personne facile à vivre. Elle est glaciale avec la plupart des gens et seuls ceux ayant une place dans son coeur peuvent réussir à la voir sous un autre jour. Pour obtenir cette place, par contre, il faut vraiment que la personne soit exceptionnelle. À ce jour, il n'y a que quelques personnes qui peuvent se vanter d'être aussi proches d'elle. Et cela fait 16 ans qu'elle est au château d'Émeraude... Tout cela pour dire qu'il est très difficile d'atteindre son coeur. Sur le champ de bataille, elle est une guerrière sans pitié qui frappe tous ses adversaires sans ressentir aucune compassion à leur égard. La compassion est, selon elle, un signe de faiblesse de la part d'autrui et elle refuse de la ressentir. Malgré cette froideur implacable, elle est tout de même capable de se lier d'amitié avec certaines personnes, même si cela peut paraître impossible. Elle apprécie profondément chaque chevalier et les tient tous en très haute estime. Observatrice, elle connaît les points forts et faibles de chacun et sait exploiter leur potentiel afin de rendre l'efficacité de leur armée encore plus fulgurante. Grâce à cette qualité, elle peut aussi déduire assez rapidement les points forts et faibles de ses adversaires, ce qui se révèle être d'une grande aide lors d'affrontements contre de nouvelles créatures.

Histoire:

La naissance


Contrairement à la deuxième génération des chevaliers d'Émeraude, l'histoire du chef de la troisième génération ne fut pas aussi calme que celle de Wellan de Rubis. Ils partageaient toutefois un point commun: tous deux étaient des enfants royaux, héritiers du trône d'un royaume. Mais là s'arrêtaient les ressemblances entre l'ancien chef et la nouvelle. Esméralda ne connut jamais le calme de la vie qu'a vécu Wellan. Dès sa naissance, elle était une paria, un rejet de la société. Mais commençons par le commencement...

Alors que son grand-père, le valeureux roi de Béryl, gouvernait encore son royaume et qu'il avait encore, à sa charge, sa fille unique, il arriva un grand malheur que le royaume ne put contrer: la jeune princesse, alors âgée d'une quinzaine d'années, rencontra, par un soir de pleine lune, un être tout à fait étrange qui l'attirait par son côté sauvage et libre. C'était, en fait, un pardusse en fuite, qui avait réussi la périlleuse traversée des volcans en cherchant désespérément à sauver sa vie. La princesse en tomba vite éperdument amoureuse et ses sentiments furent réciproques. Lorsque le roi apprit cette liaison, il entra dans une colère terrible. Il envoya ses meilleurs soldats aux trousses du pardusse, le forçant à fuir vers les volcans. Plus jamais la princesse ne le revit. Mais, sans que le roi ne le sache sur le coup, ce geste était bien inutile puisque le mal était déjà fait: la jeune fille était enceinte...

La princesse se sauva du château le jour suivant la fuite de son amant. Elle ne pouvait risquer que son père soit au courant de la présence de cet enfant en elle. Même si la vie de château était la seule qu'elle avait connue jusqu'à présent, elle réussit à se débrouiller comme une vraie fille de paysanne. Elle décida d'offrir ses services comme éducatrice pour les enfants dans un des villages de Jade jusqu'à ce qu'elle arrive au terme de sa grossesse. Malgré toutes ses précautions, elle appréhendait son accouchement, car elle n'avait aucune idée de ce qu'il arriverait. Est-ce que cet enfant pardusse allait lui déchirer l'intérieur afin de sortir ? Allait-il naître un animal ou un humain ? Est-ce que cet enfant aurait la capacité de parler ? Y avait-il des caractéristiques des pardusses qu'elle ne connaissait pas ? Tant de questions sans réponses qui n'auraient leur raison d'être qu'à la naissance du petit...

Cela arriva lors de la saison des pluies. Un orage faisait rage à l'extérieur lorsque le premier cri de l'enfant se fit entendre dans la nuit. Et c'est avec un soulagement non feint que la jeune mère découvrit un petit poupon humain possédant déjà quelques poils sur la tête. C'était une jeune fille qui ne démontrait aucun signe de son ascendance paternelle... Elle décida de la nommer Esméralda, à la mémoire d'une princesse de Jade qui avait lutté toute sa vie pour sauver son peuple de la famine. Ce nom insufflerait le courage et la force nécessaire pour que sa fille réussisse la vie qui se profilait devant elle. Lorsqu'elle fut remise de son accouchement, elle prit l'une des décisions les plus importantes de sa vie: elle retournerait dans son royaume de naissance dès qu'elle serait en mesure de voyager afin que sa fille reçoive l'éducation due à son rang.

Lorsqu'elles franchirent la frontière séparant le royaume de Jade de celui de Béryl, les deux jeunes princesses se firent intercepter par un contingent de soldats qui s'empressèrent de les escorter jusqu'au château royal. La princesse ne se fit pas prier de les suivre, mais elle ne s'empêcha toutefois pas de profiter de ses derniers instants de paix et d'ensoleillement. En effet, elle craignait que son père lui inflige un infâme châtiment qui la mènerait bien loin des chauds rayons du soleil et c'est pourquoi elle en profitait au maximum. Suite à son passage sur le pont-levis, elle se dirigea directement vers la salle d'audience comme tout invité se doit de le faire. Elle se prosterna longuement devant son père et attendit qu'il lui ordonne de se relever. Celui-ci, assis confortablement sur son trône, était en état de choc. Il n'en revenait pas de voir sa fille apparaître après un an d'absence. Longtemps il avait imaginé ces retrouvailles et le châtiment qu'il lui infligerait alors pour avoir trahi son royaume et son propre roi en s'exilant, mais rien ne se passa comme prévu. Il éprouvait un soulagement indescriptible de la savoir vivante et en pleine santé mais, surtout, non accompagné de cet ignoble pardusse. C'est alors qu'il entendit un gémissement en provenance de sa fille. Il se leva, marcha jusqu'à elle et aperçut avec étonnement un poupon niché au creux de ses bras. La rage remonta en un éclair et il ordonna à ses soldats de reconduire la princesse dans les donjons, sans omettre de lui arracher son enfant avant. Ayant immédiatement compris que celui-ci était le fruit des entrailles du paria animal, il voulut l'assassiner, mais il ne s'en sentit pas la force. Malgré qu'il éprouvait une haine immense face à ce poupon, il ne put que s'inquiéter pour sa succession. En effet, il n'avait qu'une seule fille qui, à son tour, avait eu cet enfant. S'il le tuait, il condamnait sa lignée à s'éteindre puisque la mère ne voudrait pas régner si son enfant mourrait par la faute du roi. Il abandonna donc l'idée de la tuer et retourna donc l'enfant à sa mère.

L'enfance

Esméralda ne sortait pas souvent à l'air libre. Le soleil était quelque chose d'inconnu à ses yeux et, pour elle, la cellule où elle habitait avec sa mère depuis sa naissance était le lieu de prédilection pour s'amuser. Elle en était sortie 4 fois et cet astre que l'on nommait soleil l'avait aveuglée à un point tel qu'elle avait perdu la vue pendant plusieurs jours suite à ces sorties. Pour elle, une journée commençait bien lorsque leurs bourreaux n'oubliaient pas de leur apporter de la nourriture. Puis, après son maigre repas, elle subissait la colère de son grand-père et se faisait rouer de coups durant plusieurs minutes. On la réexpédiait ensuite dans la cellule qu'elle partageait avec sa mère et on la laissait tranquille pour le reste de la journée. Étant âgée d'à peine 8 ans, Esméralda ne comprenait pas que ses actions étaient un châtiment et elle croyait à tort que c'était le lot de toutes personnes normales de la royauté. Lorsqu'elle était plus jeune, elle se rappelait avoir vu pleurer sa mère suite aux mauvais traitements que lui infligeait son grand-père, mais elle n'avait pas compris pourquoi. Oui, cela était douloureux, oui elle avait mal partout, mais il n'y avait pas lieu de pleurer si cela faisait partie du lot quotidien de la vie royale... Et puis, maintenant qu'elle avait grandi, elle ne ressentait presque plus les douleurs d'avant. Elle s'était endurcie et, sans qu'elle ne sache pourquoi, cela mettait en rogne le roi, qui s'acharnait de plus en plus violemment sur elle.

Un jour, alors qu'elle était face à face avec son bourreau, elle sentit que quelque chose était différent. Sans savoir pourquoi, elle commença à s'élever dans les airs. Même si le phénomène ne dura que quelques instants, cela eut l'effet d'apeurer le roi, qui s'empressa de l'enfermer dans une cellule différente de celle de sa mère. Il contacta ensuite le magicien de Béryl afin de lui faire examiner la petite. Celui-ci lui conseilla d'envoyer l'enfant à Émeraude, afin qu'elle y fasse des études. Ragaillardi par cette idée, le roi s'empressa de communiquer avec le royaume, qui se fit une joie d'apprendre l'arrivée d'une nouvelle soupirante. Le jour suivant, le roi fit escorter la jeune princesse jusqu'au royaume d'Émeraude. Ainsi commença la vie "normale" de cette enfant, au grand bonheur de sa mère.

Les études

(Extrait du journal 1:) Jamais je n'aurais cru que respirer autant d'air frais était normal. Jamais je n'aurais pu deviner que je ressentirais un jour de la joie à ce point. Cela fait à peine quelques semaines que je suis arrivée au château et je me sens déjà libre comme l'air. Personne ne sait que je suis de sang royal, ce qui implique que personne ne veut m'infliger de blessures tous les jours. C'est la première fois de ma vie que je me sens aussi bien. Aucun muscle ne me fait souffrir et les quelques hématomes qui demeurent encore sur son corps s'effacent peu à peu. Je suis la première enfant à être arrivée au château. Les autres ne viendront que plus tard, d'ici un mois ou deux. En attendant, je profite de ma solitude pour apprendre à lire et à écrire la langue du pays. Je commençais tout juste à comprendre le monde qui m'entourait et, malgré toutes mes réticences du début, je me plaisais vraiment au château d'Émeraude. Bien sûr, ma mère me manquait quelque peu, mais je préférais largement ma nouvelle vie à l'ancienne.

(Extrait du journal 2:) Les autres enfants sont tous arrivés à Émeraude. Depuis quelques semaines, nous avons commencé nos études et nous apprenons lentement à maîtriser nos capacités magiques. Je ne m'entends pas vraiment avec les autres. Je n'aime pas l'innocence qui brille dans leurs regards. Je ne comprends pas comment on peut vouloir rester aussi enfantin alors qu'une grande destinée nous attend. Je préfère largement les études aux jeux que nous impose quelques fois le magicien. Pour moi, les jeux sont une perte de temps. J'ai maintenant compris que ce que je subissais au château de Béryl n'était que de la violence gratuite. Mon grand-père doit payer pour cet affront.

(Extrait du journal 3:) Les autres sont devenus un peu moins innocents lorsque le maître leur a fait part de leur attribution prochaine. Depuis un certain temps, je m'entends de plus en plus avec les autres. Lorsque je décide quelque chose, habituellement, ils m'aident à réaliser mon objectif. Nous sommes de plus en plus proches les uns des autres, mais je sens que je ne m'attache pas autant que le maître le voudrait. Il m'a désigné chef: je suis celle qui doit les commander tous... Je ne comprends pourquoi ils n'ont pas choisi Elyxanne à la place. Elle est bien plus compréhensive que moi. La confiance est quelque chose que j'ai de la difficulté à donner, même s'il s'agit de mes compagnons d'étude. Le maître n'arrête pas de nous rappeler que nous devons faire un tout incassable et que j'en suis la base. Mais pourquoi moi ? Il est vrai que j'influence, mais peut-être pas à ce point...

L'adolescence

(Extrait du journal 4:) Nous venons tout juste d'être attribués à des soldats de la garde royale d'Émeraude. Puisque nous sommes la première génération de chevaliers-magiciens, nous avons été confiés à des soldats ne possédant aucune capacité magique. Par contre, cela ne change pas grand chose puisque ceux-ci doivent nous apprendre le maniement des armes et l'équitation, deux domaines dans lesquels ils excellent. Mon maître est très gentil avec moi, très rigoureux aussi. On m'a confié au chef des soldats de la garde royale. Ainsi, il pourra m'apprendre les bases du commandement et je pourrai avoir un peu d'expérience avant que ne vienne mon tour. Je m'entends de mieux en mieux avec mes compagnons d'arme. Par contre, malgré que je commence à devenir très proche d'eux, je refuse de leur laisser parcourir mon esprit à leur liberté. À force de me protéger, je me suis construit une barrière infranchissable par mes adversaires comme par mes amis. Le magicien dit que c'est normal au vu de mon enfance... Peut-être est-ce cette caractéristique qui me place à la tête de mes compagnons ?

(Extrait du journal 5:) Nous sommes maintenant à mi-chemin de notre adoubement. Je commence à comprendre de plus en plus en quoi consiste le rôle de Chevalier d'Émeraude. Même si mon grand-père m'a placé ici dans le seul but de se débarrasser de moi, je le remercie intérieurement puisque, sans lui, je serais encore en train de croupir dans une vieille cellule avec ma pauvre mère. Mon maître m'a promis une escapade au royaume de Béryl avant mon adoubement. J'espère revoir ma mère afin qu'elle éclaircisse certaines interrogations qui demeurent encore dans mon esprit. Je verrai bien où tout cela me mène...

(Extrait du journal 6:) Notre visite au château ne s'est pas passé exactement comme prévu... Alors que j'espérais revoir calmement ma mère et être capable de me contrôler devant mon grand-père, je me suis admirablement trompée. Aussitôt que je l'ai aperçu, une immense rage est montée en moi. Je ne comprenais pas ce qui m'arrivait. Je n'avais plus le contrôle de mon propre corps. J'étais seulement furieuse et je désirais à tout prix éliminer cet homme qui avait fait de mon enfance un calvaire. Je me jetai donc sur lui à la vitesse de l'éclair et dégainai l'épée qui pendait à mon côté quelques instants plus tôt. Avant que je puisse faire quoi que ce soit, on me plaqua au sol. Je me retournai vivement et aperçut mon maître qui essayait tant bien que mal de me calmer en me maintenant au sol. Sa tactique me permit de reprendre mes esprits et c'est avec honte que je levai des yeux nouveaux sur le monarque de ce royaume. Je vis alors le dégoût se peindre sur son visage. Il prononça 4 mots qui me foudroyèrent: Parfaitement comme son père ! J'ouvris alors les yeux de surprise et il comprit qu'il venait de faire une bêtise. Il m'envoya donc quérir ma mère, qui ne demeurait plus dans les cellules depuis mon départ, afin qu'elle éclaircisse les coins d'ombre qui demeuraient encore dans mon esprit.

La visite m'apprit de nombreuses choses. Premièrement, je compris pourquoi nous avions été enfermées durant toutes ses années. Je compris aussi pourquoi mon grand-père me détestait autant. Mais, par-dessus tout, je découvris mes origines pardusses et c'est ce qui me troubla le plus. Je comprenais maintenant d'où me venaient ces impulsions soudaines de rage qui m'envahissaient de temps à autre: c'était mon côté animal qui ressortait. Pourtant, rien en moi ne laissait voir que j'appartenais à ce peuple...

Et, finalement, la cérémonie d'adoubement arriva...

Pouvoirs: Lire dans les pensées


Concernant vous:

Comment avez-vous découvert le forum ? : Je l'ai créé. ^^
Est-ce que vous faites souvent du Rp ? : Assez souvent, oui.
Si oui, sur quel forum ? : Surtout sur des forums des Chevaliers d'Émeraude
Quel âge avez-vous ? : 17 ans
Combien d'année ce fait-il que vous êtes sur des forums ? : 6 ou 7 ans
Code ? : Code exact
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersdemeraude.actifforum.com
 
Esméralda de Béryl (Terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Celeste Esméralda Elisheva † Les Bannis ont droit d'Amour [Terminé]
» B-M. ESMÉRALDA VUITTON ► emily nereng
» Révélation Esméralda ♣ Betty-Jayne
» Ikki le chevalier Phénix [en cours]
» Celeste Esméralda Eliseva † Éclaire la misère des coeurs solitaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude, 400 ans plus tard...  :: Avant de jouer :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: